VENDREDI SAINT CHEZ LES SERBES

    1124

    L’Eglise orthodoxe serbe marque le Vendredi saint, lorsque Jésus Christ fut condamné et crucifié au mont Golgotha, comme le jour le plus triste du monde chrétien. Le jour du Vendredi saint, on fait le jeûne, on ne mange que du pain et boit de l’eau. Selon la coutume, ce jour-là des œufs de Pâques sont peints, le plus souvent en rouge, qui symbolise le sang du Christ. Pour les fidèles et l’Eglise orthodoxe serbe, le Vendredi saint symbolise le jour lorsque, selon les croyances, Jésus Christ était emmené de la maison du grand prêtre Caïphe chez le procureur romain Ponce Pilate, qui l’a condamné à la crucifixion. Ce jour-là, Jésus fut condamné et crucifié à Golgotha, où il est mort. Pendant que son corps subissait la torture la plus difficile connue à l’homme, il priait avec les mots « Pardonne-moi, Seigneur, ils ne savent pas ce qu’ils font ». C’était un sacrifice d’amour pour la salvation du monde, commémorée le Vendredi saint par les croyants orthodoxes. Les préparatifs pour le jour le plus triste commencent jeudi soir et alors dans toutes les églises ont lieu des veilles. Les prêtres, vêtus d’habits sombres, lisent les 12 évangiles sur la passion du Christ devant le crucifix et les fidèles prient avec des cierges illuminés dans les mains.

    Le Vendredi saint est, pour tous les chrétiens, le jour de jeûne strict et, selon le canon orthodoxe, c’est la nourriture préparée avec de l’eau. Ce jour-ci, les cloches ne sonnent pas et tous les services sont annoncés avec la simandre.

    Dans les temples orthodoxes, dans la matinée sont servies des Heures impériales et à 15h30 commencent les vêpres, consacrés à l’enlèvement du corps du Christ de la croix, lorsque sur une table spécialement décorée, devant l’autel, qui représente la tombe du Christ, est présenté le linceul, avec lequel les prêtres font trois tours autour de l’église, accompagnés par le son de simandre, ce qui représente, symboliquement, les funérailles du Christ. Le linceul est ensuite déposé devant l’autel et les fidèles viennent, en silence, l’embrasser, jusqu’à samedi soir, la veille de Pâques, qui est célébrée à partir de minuit. C’est en embrassant le linceul, qui symbolise la toile dans laquelle le corps du Christ était enveloppé suite à l’enlèvement de la croix, les fidèles rendent rituellement hommage à ses souffrances, par amour pour nous, les hommes. Le jour du Vendredi saint on ne chante pas, il n’y a pas de joie et les cloches sont muettes depuis Jeudi saint jusqu’à Pâques, dimanche lorsque Christ est ressuscité.

    Dans la majorité des régions, il est de coutume de peindre des œufs le jour de Vendredi saint, en rouge, qui symbolise le sang innocent du Christ et la vie nouvelle, qui naît de son sacrifice conscient. Le Vendredi saint est pour les chrétiens une expression de respect envers le sacrifice du Christ et de la foi qu’il n’y a pas de résurrection sans souffrance et mort.