Sur les chantiers d’Ile-de-France, il faudra désormais parler français

    1755

    L’application de cette clause appelée „Molière“ est censée lutter contre la directive européenne des travailleurs détachés.

    Après la Normandie, les Hauts-de-France et la région Auvergne-Rhône-Alpes, c’est au tour de l’Ile-de-France d’appliquer la clause dite „Molière“. Le Conseil régional a adopté ce jeudi 9 mars 2017 un Small Business Act francilien, pour favoriser l’accès des TPE (Très petites entreprises, ndlr) et PME (Petites et moyennes entreprises, ndlr) à la commande publique, qu’il a conditionné à cette clause „Molière“, imposant l’usage du français.

    Cette clause est censée lutter contre la directive européenne des travailleurs détachés. „Nous assumons“, assure la présidente de région Valérie Pécresse, pour qui „c’est une condition sine qua non pour la sécurité des travailleurs sur les chantiers“. Selon elle, plusieurs secteurs pourraient être touchés par cette clause, à savoir les travaux publics, les transports, la formation professionnelle mais aussi les activités de conseil.

    source : rtl.fr