Serbie : saisie record d’armes, inquiétudes du ministre de l’Intérieur

    380

    C‘est la plus importante saisie d’armes depuis le début du XXIe siècle en Serbie. La police locale a annoncé, ce mercredi, avoir saisi mardi, dans le nord-ouest du pays, des armes, des munitions et des explosifs. Dix personnes ont été arrêtées lors de cette opération dans la région d’Apatin et Sombor, a précisé le ministre de l’Intérieur, Nebojsa Stefanovic.

    Des armes dans les mains, désormais, de djihadistes

    Les armes des Balkans, dont la trace s’est souvent perdue au moment de l’éclatement de l’ex-Yougoslavie, se retrouvent souvent entre les mains des criminels d’Europe de l’Ouest, mais aussi désormais de djihadistes. En 2015, à Paris, les assassins de la rédaction du journal Charlie Hebdo et les commandos des terrasses des cafés et restaurants et de la salle de spectacle du Bataclan en étaient équipés.

    Neuf kilos d’explosifs, des genades, des lance-roquettes

    Neuf kilos d’explosifs plastique, 20,7 kg de TNT, plusieurs dizaines de détonateurs, 111 grenades à main, douze grenades anti-char, deux lance-roquettes, dix grenades à fusil, huit fusils automatiques, deux fusils semi-automatiques, un fusil mitrailleur, six pistolets, deux carabines, un fusil de petit calibre, 6 000 balles et une mine anti-char ont été saisis.

    Selon Nebojsa Stefanovic, aucun lien n’a été établi à ce stade avec la découverte, il y a deux semaines, d’un arsenal près d’une maison appartenant à la famille du Premier ministre Aleksandar Vucic.

     -

    Ces grenades ont été saisies mardi en Serbie. (AFP/Serbian ministry of interioir affairs)

    «Nous sommes inquiets, non seulement en raison de la présence de ces armes dans notre pays, mais aussi en raison de la possibilité que ces armes soient envoyées dans des capitales européennes», a dit Nebojsa Stefanovic. Dans un rapport de 2014, un centre d’études spécialisé basé à Genève (Suisse), le Small Arms Survey, a estimé que les 25 millions d’habitants des Balkans ont en leur possession entre 3,6 à 6,2 millions d’armes à feu, héritage d’une doctrine du régime communiste de «défense territoriale». Selon des estimations des autorités, en Serbie, il y en aurait jusqu’à 900 000 malgré six campagnes de récupération en échange d’une amnistie lancées depuis l’assassinat du Premier ministre Zoran Djindjic en 2003. Une mesure de clémence est également envisagée à Sarajevo, en Bosnie.

    Leparisien.fr avec AFP