Le village de Kusturica : un paradis écolo en Serbie

    1726

    A 200 kilomètres au sud de Belgrade, près d’Uzice, Küstendorf (mot allemand inventé par Kusturica qui signifie “ Le village de Kusta „, surnom du réalisateur) est un endroit unique. Ce village traditionnel construit par le réalisateur serbe sur les lieux du tournage du film La vie est un miracle, est une ode à la nature, au cinéma et à la Serbie. Entouré de montagnes au doux relief et cerclé de pâturages, le village domine une région peu développée, parsemée de maisonnettes en bois du XIXème siècle. Ici, tout n’est que calme, quiétude et sérénité. Pas étonnant que le réalisateur y ait fait construire sa maison. Pour bâtir son “ fief „, Kusturica a racheté des maisons abandonnées vieilles de 100 ans et les a déménagées sur les 4 500 hectares dont il est propriétaire.

    LE VILLAGE DE MOKRA GORA SUR LA MONTAGNE TARA

    Mokra Gora est connue pour ses nombreuses grottes, le huit de Sargan et Küstendorf.

    A 200 kilomètres au sud de Belgrade, près d’Uzice, Küstendorf (mot allemand inventé par Kusturica qui signifie “ Le village de Kusta „, surnom du réalisateur) est un endroit unique. Ce village traditionnel construit par le réalisateur serbe sur les lieux du tournage du film La vie est un miracle, est une ode à la nature, au cinéma et à la Serbie. Entouré de montagnes au doux relief et cerclé de pâturages, le village domine une région peu développée, parsemée de maisonnettes en bois du XIXème siècle. Ici, tout n’est que calme, quiétude et sérénité. Pas étonnant que le réalisateur y ait fait construire sa maison. Pour bâtir son “ fief „, Kusturica a racheté des maisons abandonnées vieilles de 100 ans et les a déménagées sur les 4 500 hectares dont il est propriétaire.

    UN LIEU À L’IMAGE DE KUSTURICA

    Inauguré en 2004 et agrandi au fil des ans, le village compte 25 maisons, un restaurant de spécialités serbes, Lotika (vous n’y trouverez aucune marque, ni trace du capitalisme comme le Coca ou les frites), 3 salles de cinéma, une pâtisserie, une librairie, une galerie d’art, une crèche, un centre sportif, un salon de coiffure, la chapelle de Saint-Sava et même une prison (Renaissance et Humanisme) où sont enfermés Georges Bush et Javier Solana. Le rêve de Kusturica était de construire une école de cinéma, de développer l’agro-tourisme dans cette région et de donner une seconde vie aux nombreux kilomètres de voies ferrées construites pour son film? C’est aujourd’hui chose faite. L’univers du village est à l’image du réalisateur. Les rues portent des noms d’acteurs et de personnalités appréciées de Kusturica (Federico Fellini, Ernesto Che Guevara, Novak Djokovic). Dans le square Nikola Tesla, du nom de l’ingénieur serbe de génie (certains lui attribuent l’invention de l’électricité), trône une statue de Johnny Depp. Autre lieu “ symbolique „, le square Diego Armando Maradona, véritable idole du réalisateur serbe. Enfin, la bouteille de jus de fruits “ biorévolution “ comporte deux étiquettes, l’une représente Che Guevara, l’autre Kusturica.

    LE 7E ART À LA MONTAGNE

    Chaque année depuis 2008, se tient en janvier le Festival du film et de la musique de Küstendorf. Ce festival sans tapis rouge ni paillettes (même si de grands noms du cinéma y sont invités), résolument anti-commercial, met en compétition des films d’étudiants en cinéma du monde entier, qui sont récompensés par un “ œuf d’or „. Chaque année, ce sont plus de 300 000 visiteurs qui payent 200 dinars (2 euros) pour visiter Küstendorf, et des milliers d’entre eux y passent la nuit pour 3 300 dinars (environ 33 euros). Le réalisateur a également conservé le chemin de fer recréé pour La vie est un miracle : le huit de Sargan. Un paysage bucolique se découvre à bord de ce véritable musée roulant. L’homme continue de jouer les mécènes en créant une mini centrale hydroélectrique afin d’alimenter Küstendorf et sa petite station de ski à huit kilomètres de là. Cette dernière, inaugurée il y a quatre ans, compte quatre pistes et un charmant petit hôtel, le Mdladost. Et il semble que rien ne puisse arrêter les projets du réalisateur. Kusturica pense déjà ajouter à son village la reconstitution d’un château médiéval serbe…