Serbie: la Packard de Tito s’offre un bain de jouvence

    521
    0
    SHARE

    La peinture bleue et les jantes étincellent sous le soleil serbe, la Packard de Josip Broz Tito s’offre une nouvelle jeunesse près de 40 ans après la mort du leader yougoslave, grand amateur de voitures de luxe.

    “Cette automobile, je dirais cette beauté, est une Packard de 1948”, raconte Milos Bojanic, célébrité de la musique folk serbe, également passionné d’automobiles.

    Sur le millier d’exemplaires sortis des usines du constructeur américain de voitures de luxe, il n’en reste qu’une trentaine en fonction, selon lui. Celle-ci avait été offerte à Tito.

    Stationnée en Macédoine où Tito l’utilisait quand il s’y rendait, elle a été rachetée après la désintégration sanglante de la Yougoslavie par un habitant du centre de la Serbie qui la louait pour des cérémonies de mariage.

    “Allez savoir pourquoi, il a retiré toutes les pièces originales et mis à la place un moteur, une boîte de vitesse Mercedes” et des pièces russes, dit Milos Bojanic, 67 ans.

    C’est un de ses amis, dont il ne veut pas dévoiler l’identité, qui l’a rachetée et lui en a confié la rénovation.

    “La voiture n’était plus qu’un châssis et une carrosserie, sans les vitres. Seuls les enjoliveurs et les roues étaient d’origine”, dit Milos Bojanic.

    Il lui a fallu trois ans pour retrouver les pièces et mener à bien sa tâche. “Voilà, maintenant je l’ai remise dans un état presque parfait”, dit-il devant son domicile, dans la banlieue de Novi Sad dans le nord de la Serbie.

    Dirigeant de la Yougoslavie de la Seconde guerre mondiale à sa mort en 1980, Tito reste considéré avec affection et nostalgie par de nombreux Serbes.

    La “maison des fleurs” à Belgrade, où il est inhumé aux côtés de son, épouse, reste une attraction.

    Le couple a mené une vie de luxe, se plaisant par exemple à recevoir des célébrités mondiales sur son yacht, qui doit être reconverti en musée et est amarré à Rijeka en Croatie.

    Une décennie après sa mort, la Yougoslavie s’était désintégrée dans une série de conflits intercommunautaires qui devaient faire quelque 130.000 morts.

    13/05/2018 11:02:08 –          Novi Sad (Serbie), 13 mai 2018 (AFP) –          © 2018 AFP

    13 Shares

    Komentari