Radar, casque vélo, gaz… Tout ce qui change (ou pas) à partir du 1er mars 2017.

    2872

    Comme en chaque début de mois, une série de nouvelles mesures susceptibles de toucher votre vie quotidienne rentrent en vigueur. 20 Minutes fait le point.

    • Forte hausse des prix du gaz

    Les prix du gaz jouent au yo-yo. Et c’est une très mauvaise nouvelle pour les quelque 5,8 millions de consommateurs soumis aux tarifs réglementés d’Engie (ex-GDF Suez). Leur facture de gaz va augmenter de 2,63 % à compter de ce mercredi. Une forte hausse qui s’ajoute à celle de janvier (+5 %). Le mois dernier, les prix avaient très légèrement diminué (-0,56 %). Pour ce mois de mars, la hausse est de 0,9 % pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 1,7 % pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude et de 2,7 % pour les foyers qui se chauffent au gaz.

    • La renégociation des contrats d’assurance emprunteur facilitée

    A partir de ce mercredi 1er mars, les emprunteurs seront autorisés à renégocier leur contrat d’assurance pendant toute la durée d’un prêt immobilier. Cette disposition est applicable de façon systématique aux nouvelles offres de prêt émises. A compter du 1er janvier 2018, elle sera également applicable à tous les contrats d’assurance en cours d’exécution. Selon le sénateur Martial Bourquin (PS), cette mesure permettra de redonner du pouvoir d’achat aux ménages, « entre 500 et 700 euros par an sur des contrats dont la durée peut aller jusqu’à 25 ans ».

    • Du sport sur ordonnance

    A partir de ce mercredi, les médecins auront la possibilité de prescrire des activités physiques spécifiques à leurs patients atteints d’affections de longue durée (ALD), comme les cancers, le diabète de type 1 et 2, l’insuffisance cardiaque grave, la maladie de Parkinson, ou encore la sclérose en plaques. « En pratique, plus de 10 millions de patients sont en ALD en France et peuvent bénéficier de ce dispositif », explique le Dr Alexandre Feltz, père du projet de sport sur ordonnance.

    >> A lire aussi: «Il faut investir pour mettre en place une prise en charge financière du sport sur ordonnance»

    Une expérimentation a été mise en place à Strasbourg où les personnes qui remplissent les conditions requises pour ce dispositif sport santé sur ordonnance peuvent en bénéficier durant 3 ans, sur prescription de leur médecin. « Si la première année, cette prescription est entièrement prise en charge, pour les deux années suivantes, la municipalité de Strasbourg a mis en place une tarification solidaire », explique le Dr Alexandre Feltz. Selon lui, il n’y a pas de financement organisé par le décret d’application du sport santé sur ordonnance. Résultat, « en l’état actuel des choses, si les collectivités locales ne prennent pas d’elles-mêmes la décision de financer cette mesure, comme c’est le cas à Strasbourg, le patient qui se verra prescrire de l’activité physique par son médecin traitant devra tout payer de sa poche. A la clé, on court le risque que le sport santé sur ordonnance ne bénéficie qu’à ceux qui en ont les moyens. »

    • Nouvelles obligations pour des plateformes collaboratives

    Les plateformes collaboratives, comme Airbnb ou Drivy, devront informer les particuliers louant des biens par leur intermédiaire de leurs obligations fiscales et sociales lors de chaque transaction. Ces sites devront faire figurer un lien permettant d’accéder automatiquement au site de la Sécurité sociale et de l’administration fiscale qui a édité des fiches explicatives correspondant aux opérations les plus courantes (location d’un meublé, covoiturage…). « L’objectif est d’inciter les utilisateurs de ces plateformes à s’immatriculer en tant qu’indépendants lorsque les revenus tirés de ces activités présentent un caractère professionnel — et donc à payer les cotisations sociales correspondantes —, mais aussi à déclarer leurs revenus à l’administration fiscale, même s’ils ne sont qu’occasionnels, pour qu’ils soient imposés », explique Le Monde.

    • Carte d’identité biométrique

    A partir de mars, les cartes nationales d’identité délivrées seront biométriques comme pour les passeports. Jusqu’ici les départements bretons et les Yvelines étaient les sites pilotes. Pour renouveler sa carte d’identité, il sera désormais possible d’effectuer une pré-demande en ligne sur l’ensemble du territoire métropolitain d’ici le 28 mars 2017.

    • Des panneaux radars relookés

    Les 3.100 panneaux radars qui jalonnent actuellement le bord des routes sont connus de tous : une onde radar pointée vers une moto, une voiture et un camion accompagnés d’une inscription « Pour votre sécurité, contrôles radars fréquents » ou « Pour votre sécurité, contrôles automatiques ». A partir de mars, les panneaux qui seront installés seront « simplifiés ». Le liseré jaune reste, les symboles de l’onde radar, de la voiture et de la moto aussi, mais le message texte et le pictogramme du camion disparaîtront.

    View image on Twitter

    View image on Twitter
    • Casque vélo obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans

    A partir du 22 mars, les enfants de moins de 12 ans vont devoir porter un casque lorsqu’ils seront conducteurs ou passagers d’un vélo. « En circulation, le conducteur et le passager d’un cycle, s’ils sont âgés de moins de 12 ans, doivent être coiffés d’un casque conforme à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle. Ce casque doit être attaché », précise le texte du décret. Cette mesure est destinée à « limiter les blessures graves à la tête et au visage ». En cas de non-respect de cette obligation, « les adultes transportant ou accompagnant les enfants pourront être sanctionnés par une amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe » (135 euros).

    source : 20minutes.fr