Construisons l’autonomie alimentaire des chrétiens serbes au Kosovo

    637

    Alors, deux fois par semaine, il franchit la porte de la soupe populaire de l’église orthodoxe serbe pour faire remplir un seau d’un plat de légumes.

    Ils sont des milliers comme Janco à être contraints d’aller régulièrement à la soupe populaire pour pouvoir nourrir correctement leur famille. En effet, la vie au Kosovo est particulièrement compliquée pour les chrétiens qui ont choisi de continuer à vivre sur les terres de leurs ancêtres malgré les brimades quotidiennes et le risque perpétuelle d’une explosion de violence.

    PERSÉCUTÉS SUR LA TERRE DE LEURS ANCÊTRES

    Le Kosovo est le berceau historique du peuple serbe. Les monastères orthodoxes du Kosovo sont parmi les plus beaux et les plus anciens de toute l’Europe et accueillent de nombreuses reliques de saints.

    Le monastère de Gracanica

    La bataille de Kosovo Polje (le Champs des merles), qui s’est déroulée au centre de la région, est l’événement fondateur de la chrétienté orthodoxe serbe : l’armée serbe y arrêta l’armée turque qui fondait sur l’Europe, au prix de pertes terribles. Le Kosovo fut néanmoins occupé par l’Empire Ottoman pendant cinq siècles (jusqu’en 1912), au cours desquels les musulmans Albanais, alliés des Turcs, devinrent majoritaires dans la région.

    En 1999, des milices albanaises soutenues par l’OTAN demandèrent l’indépendance. En 2004, une nouvelle vague de violences parcouru le Kosovo ; des dizaines d’églises furent attaquées, pillées, brûlées, rasées ; des dizaines de Serbes furent tués ou gravement blessés ; des milliers d’entre eux durent prendre la route de l’exil…

    Aujourd’hui, les Serbes vivent comme des étrangers sur la terre de leurs ancêtres. L’accès à la quasi-totalité du territoire leur est interdit de fait, ils vivent dans des enclaves dont ils ne peuvent sortir sans risquer l’accrochage, l’insulte ou l’agression ; trouver du travail leur est excessivement compliqué ; les échanges les deux communautés sont réduits au strict minimum. Quand il se fait agresser ou voler, un Serbe peut être certain que la police ne fera rien pour retrouver le coupable.

    Hélas, nous faisons face aujourd’hui à une difficulté imprévue : les travaux ont bien avancé pendant l’été mais plusieurs autorisations que les autorités du Kosovo devaient fournir en juillet (arrivée de l’eau, mise en place de l’électricité…) se sont faites attendre, ce qui a occasionné une augmentation non-négligeable des coûts du chantier. Les bâtiments seront bien finis avant l’hiver, comme initialement prévu, mais en revanche ce dépassement du budget nous empêche d’acheter les cochons avant le premier trimestre de 2018.

    Or c’est dès cet hiver qu’il faut que la ferme soit opérationnelle.

    C’est pourquoi nous faisons appel à votre générosité aujourd’hui.

    Pour que la ferme fonctionne de façon optimale, il nous faut acheter et acheminer 150 cochons avant la fin du mois de novembre. Certains de ces cochons seront utilisés pour les besoins de la soupe populaire, d’autres feront croitre les effectifs et permettront de fournir les enclaves. À terme, la ferme porcine accueillera 300 cochons.

    Chaque cochon coûtera environ 100 euros, en comptant son achat en Serbie, le coût de son transport jusqu’au Kosovo et les frais de douane. Nous avons donc besoin d’un total de 15000 euros.

    Nous ne doutons pas que l’importance du projet et votre générosité nous permettront d’atteindre cette somme. Et si votre générosité allait au-delà, le surplus serait utilisé pour améliorer encore l’autonomie alimentaire des Serbes du Kosovo.

    Bien entendu, tous les dons faits pour ce projets sont déductibles des impôts. Ainsi, si vous êtes imposable, un don de 30 euros vous permet de déduire 20 euros de vos impôts et nous vous coûte donc que 10 euros.

    Votre don peut faire la différence pour les chrétiens du Kosovo, persécutés sur leurs terres en plein coeur de l’Europe.

    Ils comptent sur nous, nous comptons sur vous !

    Merci pour votre générosité.

    Pour en savoir plus sur ce projet ambitieux et sur l’association Solidarité Kosovo, vous pouvez aller regarder un documentaire réalisé par la télévision serbe et sous-titré en français en cliquant ici.

    source : credofunding.fr