Crimes de guerre croate en Krajina: L’un des plus grands actes de nettoyage ethnique depuis la Seconde Guerre mondiale

    395

    En rouge, l’ancienne république autonome de Krajina

    En rouge, l’ancienne république autonome de Krajina

    En août 1995, des milliers de Serbes de Krajina ont été chassés de leurs foyers ancestraux.
    Le 4 août 1995, le gouvernement croate, un État soutenu par les États-Unis et l’Allemagne, a lancé le plus grand acte de nettoyage ethnique de tout le conflit yougoslave des années 1990.
    De 250,000 à 300,000 Serbes de Krajina ont été chassés de leurs foyers ancestraux lors de ce qui a été l’un des plus grand acte de nettoyage ethnique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945.

     

    Août 1995, l’exil forcé des serbes de Krajina

    Août 1995, l’exil forcé des serbes de Krajina

    Les réfugiés serbes de Krajina ont répertorié les noms de 2,650 Serbes qui ont été tués lors de ce crime contre l’humanité. Mais la plupart des médias des États-Unis et de l’Union Européenne ont dissimulés et censurés ces faits.

     

    Août 1995: des civils serbes de Krajina massacrés par les troupes croates

    Août 1995: des civils serbes de Krajina massacrés par les troupes croates

    Le crime contre l’humanité de la Krajina a entraîné la destruction et l’exil d’un peuple entier, les Serbes de Krajina.
    Les maisons, les entreprises, les églises et les biens serbes ont été systématiquement ciblés lors de ce génocide organisé. De nombreux civils serbes ont été assassinés. Des graffitis pro-nazis oustachis et des slogans de soutien à l’ancien dirigeant croate pro-nazi durant la Seconde Guerre Mondiale, Ante Pavelic, ont été peints sur les restes des maisons et des biens serbes vandalisées, détruits et brûlés.
    Cette destruction systématique a été planifiée à l’avance par le gouvernement et les militaires croates.

     

    Août 1995: jeune femme serbe de Krajina exécutée par les soldats croates

    Août 1995: jeune femme serbe de Krajina exécutée par les soldats croates

    Les réfugiés serbes survivants ont été obligés d’évacuer leurs terres ancestrales et de fuir vers la Serbie et la Bosnie-Herzégovine. Leurs maisons ont été volées ou détruites par les Croates et leurs biens pillés.
    Le principal responsable de ce crime de guerre est l’ancien président de Croatie, Franjo Tudjman, qui affirmait dans un livre écrit par lui en 1989 que „l’établissement du nouvel ordre européen d’Hitler pouvait se justifier par la nécessité de se débarrasser des Juifs des Tsiganes et des Serbes“. Il affirmait aussi que seulement 900,000 Juifs, et non pas six millions, avaient été tués lors de l’Holocauste. Le gouvernement de Tudjman a adopté l’hymne fasciste et le drapeau oustachi à damier.

     

    Le boucher de la Krajina, le président néo-fasciste croate Franjo Tudjman

    Le boucher de la Krajina, le président néo-fasciste croate Franjo Tudjman

    Tudjman a organisé l’évacuation forcée de plus d’un demi-million de Serbes de Croatie entre 1991 et 1995, une évacuation accompagnée de nombreux viols et d’exécutions sommaires. Cela comprenait les 250 000 de la Krajina en 1995, dont l’expulsion a été facilitée par les attaques des avions de guerre et des missiles de l’OTAN.
    Inutile de dire que les dirigeants des États-Unis et de l’Union Européenne n’ont rien fait pour empêcher cela. En fait ils ont favorisé ces atrocités, alors que leurs médias regardaient ailleurs.
    Franjo Tudjman a également écrit dans ce même livre que le génocide ne peut être considéré comme un moyen légitime que s’il sert les intérêts du peuple élu. Selon lui, les Croates sont les élus, puisqu’ils confessent la vraie foi, la foi catholique romaine.
    Les dirigeants de l’Occident l’ont soutenu jusqu’au bout.

    source : lagazetteducitoyen.over-blog.com