FORTERESSE DE KALEMEGDAN (BELGRADE)

120

Kalemegdan (en serbe cyrillique : Калемегдан) est un quartier et le plus grand parc de Belgrade, la capitale de la Serbie. Situé dans la municipalité urbaine de Stari grad, il domine le confluent de la Save et du Danube.

Dans le parc se dresse l’ancienne forteresse de Belgrade. On y trouve aussi des musées, des monuments, des attractions pour les enfants, ainsi qu’un grand nombre de terrains de sport et des restaurants.

Au confluent de la Save et du Danube, la forteresse de Kalemegdan fut construite par le despote serbe Stefan Lazarević au XIVe siècle, puis rebâtie entièrement par les Autrichiens à partir de 1717, selon les systèmes Vauban. De 1739 à 1830, les Turcs y établissent leur point le plus avancé dans les Balkans et contrôlent les mouvements de troupes autrichiennes en contrebas. Un certain nombre de monuments ottomans de cette époque ont été conservés : ils sont situés dans la partie haute de la forteresse. La fontaine de Mehmed Pacha Sokolović a été érigée en 1576 par ce vizir connu pour ses origines serbes : il avait été enlevé comme janissaire à l’âge de 8 ans. Il faut également voir le mausolée (türbe) de Damad Ali Pacha, vizir tué à Petrovaradin en 1716, ou le hammam construit en 1870. La forteresse est également intéressante pour ses diverses tours et portes médiévales. La plus ancienne est la tour de Despot, tour carrée utilisée au XIVe siècle comme principal accès à la forteresse. Pour parvenir au Musée militaire en venant du centre, on passe sous une succession de portes, comme la porte d’Istanbul construite en 1750 ou la porte de Karađorđe érigée en 1806. Autre monument remarquable, la tour de Nebojša qui fut construite en 1460 et utilisée au Moyen Age comme étape entre le vieux port sur la Save et la ville haute. Au XVIIIe siècle, elle fut transformée en donjon, et les révolutionnaires grecs y furent torturés et exécutés en 1789. Dans la ville basse se trouvent quelques vestiges de l’époque médiévale – fragments de remparts et monticules – et des églises. L’église Sainte-Petka est adossée au rempart et honore la sainte grecque. La petite église Ružica est connue de tous les étudiants belgradois qui vont y faire un petit tour avant un examen. Juste à côté se trouve l’ossuaire des héros de 1914-1915, lorsque la ville fut défendue par la population.

Le nom de Kalemegdan se rapporte au vaste plateau dominant la Save et le Danube, sur lequel se dresse la forteresse de Belgrade. Sa dénomination provient des mots turcs kale qui signifie la « forteresse » et meydan, le « combat ». Les Turcs appelaient aussi Kalemegdan fichir-bajir, ce qui signifie la « colline de la méditation ». À l’époque où la forteresse était encore en activité, le plateau constituait un glacis servant de poste d’observation des mouvements ennemis et de terrain de préparation au combat.

L’aménagement paysager du parc a commencé après que les Turcs eurent restitué la forteresse aux Serbes en 1867, sur les ordres du prince Michel Obrenović. Les premières esquisses pour l’aménagement des glacis sont l’œuvre de l’urbaniste Emilijan Josimović et les premières plantations furent effectuées entre 1873 et 1875.

Les aménagements prirent un nouvel essor en 1890, quand l’armée remit le parc à la municipalité de Belgrade. Le maire d’alors, Nikola Pašić, approuva une première ligne de crédit de 10 000 dinars pour le développement de l’ensemble. En 1905, le parc fut agrandi par la création d’une zone appelée Mali Kalemegdan, le « Petit Kalemgdan », s’étendant du Pavillon des arts Cvijeta Zuzorić jusqu’à l’actuel zoo de Belgrade. Après 1931, le parc s’étendit aussi à la forteresse haute (Gornji grad).

Institutions culturelles et monuments

Le centre d’attraction le plus important du parc de Kalemegdan est la forteresse de Belgrade, construite du ier au xviiie siècle ; en raison de sa valeur architecturale et historique, elle est inscrite sur la liste des monuments culturels d’importance exceptionnelle de la République de Serbie. On y trouve l’Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (Zavod za zaštitu spomenika grada Beograda), créé en 1960, le Musée militaire (Vojni muzej), créé en 1878 par le roi Milan Ier et le Muséum d’histoire naturelle (Prirodnjački muzej) de la capitale serbe. Situé en dehors de la forteresse, le Pavillon des arts Cvijeta Zuzorić, construit en 1908, est également un monument culturel classé.

Kalemegdan abrite aussi un certain nombre de sites mémoriels classés. Le plus célèbre d’entre eux est le Victor (Pobednik ; en français : « Le Vainqueur »), un des monuments emblématiques de la ville de Belgrade ; cette œuvre, réalisée par le sculpteur croate Ivan Meštrović, commémore la victoire des Serbes au mont Cer lors de la Première Guerre mondiale. Le monument de la reconnaissance à la France, a été érigé en 1930 en témoignage de la reconnaissance de la Serbie vis-à-vis de la France pour son soutien dans la Première Guerre mondiale ; œuvre d’Ivan Meštrović, la statue est ornée d’une inscription : « Aimons la France comme elle nous a aimés » (en serbe cyrillique : Волимо Француску као што је она нас волела ; en alphabet latin : Volimo Francusku kao što je ona nas volela) ; la statue est inscrite sur la liste des monuments culturels de grande importance de la République de Serbie. Le Tombeau des Héros nationaux de Kalemegdan (Grobnica narodnih heroja) a été construit en 1948 pour abriter les dépouilles d’Ivo Lola Ribar (1916-1943) et d’Ivan Milutinović (1901-1944) ; celles de Đuro Đaković (1886-1929) ont été transférées sur le site le , pour le 20e anniversaire de sa mort, et celle de Moša Pijade (1890-1957) en mars 1957. Kalemegdan abrite aussi le site commémoratif de la remise des clés, marqué par une stèle érigée en 1967 pour le centième anniversaire du départ des Turcs de la capitale serbe.

Loisirs
Le planétarium de Belgrade

Le parc de Kalemgdan est lieu de promenade pour les Belgradois et les touristes.

On y trouve un observatoire public (Narodna opservatorija), dépendant de la Société d’astronomie Ruđer Bošković, a été installé en 1964 au sommet de la tour du desposte, dans la forteresse de Belgrade, ainsi que le planétarium de Belgrade, géré par la même société et installé dans un ancien bain turc.

Le zoo de Belgrade (Beogradski zoološki vrt), créé en 1936, se trouve également dans le parc ; il est un de plus anciens zoos d’Europe.

Komentari